Nettoyage des consoles et jeux

Vous avez désormais ressorti vos consoles et vos jeux, vous avez acheté (ou complété) le matériel nécessaire pour jouer dans les bonnes conditions (écran, upscaler, câbles, etc.), il est temps de penser en termes de durabilité !

En effet, qui dit objets de seconde main dit souvent objets usagés. Si dans certains cas un nettoyage répond à des considérations purement esthétiques (légitimes pour un collectionneur), dans la majeure partie des cas, l’attention que vous portez à vos nouvelles acquisitions (et à ce que vous possédez déjà) aura un impact significatif sur le bon fonctionnement et la durée de vie de vos consoles, accessoires et jeux.

Commençons par la question des autocollants à l’aide d’un exemple : vous achetez une cartouche de jeu sur Game Boy dans un magasin « cash » et l’autocollant indiquant le prix est collé partiellement sur l’étiquette du jeu (ceci est malheureusement assez courant). Selon où est placé l’autocollant, il est tout à fait possible de le laisser. C’est ce que font d’ailleurs certains retrogamers qui souhaitent garder une trace d’une bonne affaire ou tenir des comptes (?). C’est encore moins gênant si l’autocollant est collé sur une boîte. Toutefois, si l’autocollant est collé directement sur une cartouche, au mauvais endroit, il pourrait transférer de la colle sur la console et par usure, rendre la cartouche-même collante (cela peut arriver sur une boîte aussi). De plus, avec le temps, la colle utilisée sur les autocollants réagit de différentes manières laissant parfois des traces indélébiles ou rendant encore plus pénible un nettoyage ultérieur. Pour toutes ces raisons, j’enlève systématiquement les autocollants (sauf si il y a une information à valeur historique). Pour ce faire, j’utilise uniquement du ruban adhésif de masquage (appelé plus couramment « scotch de masquage » ou « scotch de carrossier » ). Il existe d’autres méthodes à base d’huile ou d’alcool (éthanol) à 70-99° (pour ne citer que les produits les moins agressifs) mais elles présentent toutes des effets secondaires non négligeables (l’alcool étale la colle, tandis que l’huile rend la matière grasse – apparemment l’essence F offrirait de très bons résultats sans effets indésirables, mais je n’ai jamais essayé) ! Et je ne parle même pas de l’utilisation de produits plus corrosifs comme le dissolvant, l’essence ou le white spirit qui sont ABSOLUMENT À ÉVITER, au risque de causer des dégâts irrémédiables (réaction chimique sur le plastique, étiquettes qui se décolorent) ! Voici comment procéder avec le scotch de masquage (prenez-bien ce scotch peu abrasif et pas un autre, car celui-ci est pensé, dans son usage premier, pour ne pas abîmer les surfaces sur lesquelles il est collé) : enlevez d’abord, avec les ongles et avec grande précaution (on gratte et tire très délicatement), tous les résidus papier de l’autocollant (avec un peu de chance et en allant TRÈS lentement vous pourrez peut-être enlever l’autocollant d’un coup). Lorsque c’est fait, la surface collante est transparente. Prenez un bout de scotch de marquage, mettez le côté non abrasif autour de quelques doigts et appliquez-le sur la surface collante. Doucement, par de petits mouvements de va-et-vient, collez et décollez votre scotch. Répétez l’opération jusqu’à ce que la colle disparaisse. Vous pouvez garder le même morceau de scotch un moment. Changez-le simplement quand vous voyez trop de colle accumulée dessus (pour éviter d’en répandre). Attention aux étiquettes de jeux (surtout les non-plastifiées (moins brillantes)), elles sont très fragiles (la patience est votre meilleure alliée pour éviter les dégâts). Dans la même logique et encore plus risqué, le nettoyage des autocollants sur les boîtes en carton demandera parfois de renoncer à les enlever (selon le type d’autocollant). Si vous êtes obstiné, vous pouvez utiliser un sèche-cheveux (à petite dose) pour ramollir la colle. Combiné à l’essence F, cela pourrait être la meilleure solution).
Pour les boîtes en plastique, attention par exemple à la fragilité des boîtes PlayStation 1 qui ont tendance à se fissurer quand on appuie dessus. Toujours pour les boîtes en plastique, pour enlever plus facilement les résidus papier de l’autocollant, n’hésitez pas à enlever la jaquette, le mode d’emploi et le jeu et passez l’endroit à nettoyer sous l’eau. Frottez avec le doigt jusqu’à ce qu’il ne reste que la colle (attention, le dernier reste de résidus papier devient transparent lorsqu’il est mouillé). Séchez-bien le tout et passez à l’étape du scotch. Et puis, avec un peu de chance (cela arrive aussi) l’autocollant s’enlèvera sans laisser de colle !

Sur la troisième image, j’ai rajouté de l’épaisseur sous le plastique, à l’aide de papier toilette, afin d’éviter de marquer le plastique à cause de la pression exercée. Je garde et réutilise toujours les mêmes feuilles de PQ pour faire sécher les boîtes sous le plastique.

Votre cartouche (pour poursuivre avec le même exemple) ne colle plus. Mais elle présente quand même des traces de saleté au niveau du plastique (certaines trouvailles sont d’ailleurs de véritables garde-manger). Prenez de l’alcool (éthanol à 70-99° et surtout pas de l’alcool à brûler ou tout autre alcool non pur) et utilisez un papier ménage (les mouchoirs et le PQ s’émiettent) ou un coton-tige (à imbiber légèrement) selon le niveau de précision exigé. L’éthanol est un produit idéal car il nettoie, désinfecte, n’est pas corrosif et s’évapore rapidement. Il décolore par contre les étiquettes non plastifiées donc restez patient et précis. Pour les endroits en relief comme le logo « Nintendo Game Boy », il m’arrive de m’aider d’une brosse à dent légèrement mouillée (protégez bien l’étiquette de l’eau en tenant un papier dessus par exemple).
Pour les boîtes en plastique, rien ne vaut un bon petit bain à l’eau et au savon pour les mains (enlevez-bien la jaquette, le mode d’emploi et le jeu). Assurez-vous toujours bien que la boîte est sèche avec de réinsérer la jaquette et le mode d’emploi.

De l’extérieur, votre cartouche a retrouvé une seconde jeunesse mais le nettoyage le plus important reste à faire. En effet, les connecteurs (pins) de la cartouche sont passablement noircis (oxydation) et de la saleté s’est accumulée dans l’encoche. En continuant à utiliser votre jeu dans cet état, vous affectez inutilement la console qui l’accueille. Pour un nettoyage sérieux il vous faut d’abord vous munir d’un petit kit d’outils (tool kit) qui contient au minimum un tournevis en triangle et deux embouts de tournevis en étoile (comptez moins d’une dizaine d’euros pour les trois pièces). Ces outils indispensables vous permettront d’ouvrir les consoles et cartouches Nintendo. Pour ceux qui n’ont pas ces outils à disposition ou attendent de les recevoir, utilisez un coton-tige imbibé (pas trop) d’alcool (éthanol) à 70-99°. Vous allez très vite vous rendre compte de ce que vous faites subir à vos consoles lorsque vous verrez la couleur du coton-tige virer du blanc au gris-noir). Si vous avez le tool kit, ouvrez la cartouche délicatement (il y a un système d’emboîtement des deux faces) en dévissant la ou les vis (les cartouches Game Boy, Game Boy Color et Game Boy Advance ont une vis, comptez en deux pour les jeux NES, SNES et Nintendo 64). Sortez le circuit imprimé et posez-le sur une surface douce (un chiffon par exemple). Passez un coup d’alcool avec le coton-tige sur les connecteurs, puis sur l’intérieur des faces de la cartouche (j’ai souvent remarqué que le petit embout qui sert à tenir le circuit imprimé se casse dans les cartouches Game Boy. Pour ma part je le refixe à la colle blanche). Prenez ensuite une gomme à effacer (une gomme blanche à crayon) et gommez les connecteurs qui vont retrouver tout leur brillant (il est plutôt recommandé de gommer dans le sens des connecteurs mais j’avoue le faire horizontalement). Finissez le travail en passant un coup de brosse à dent (sèche et à poils souples ou un pinceau à aquarelle) sur tout le circuit imprimé et vous pouvez remonter le tout !
Pour les disques (CD/DVD/BD), utilisez un chiffon microfibres pour éviter les rayures et enlever les traces de saleté. Pour les traces un peu plus tenaces, humidifiez légèrement un bout de chiffon avec de l’eau. Séchez ensuite bien le disque. Ce nettoyage est également important pour éviter de fatiguer inutilement les lentilles de vos consoles.

Pour ce qui est des consoles, procédez de la même manière que pour les cartouches, pour nettoyer les autocollants. N’hésitez pas à les ouvrir (suivez des tutoriels en ligne) pour enlever la poussière (un aspirateur, une brosse à dent (ou un pinceau) et un coton-tige avec de l’alcool feront l’affaire). Un démontage de l’habitacle vous permettra de lui faire prendre un bain à l’eau savonneuse (sinon, allez-y avec avec du papier ménage et de l’alcool à 70-99°). Le Tool Kit Nintendo vous sera de nouveau utile pour les consoles de la marque. Chez Sony, pas de vis spéciales sur les PlayStation 1 et 2 mais un autocollant de garantie sur la PlayStation 2, que vous serez obligés de manipuler, prouvera que vous avez ouvert la console. Petit conseil personnel : prenez des photos à chaque étape du démontage et disposez les vis sur le plan de travail dans la même configuration que vous les avez trouvées dans la console. Même chose pour le nettoyage des accessoires, dont les manettes qui sont souvent très sales. D’expérience, faites attention à refermer correctement les manettes PlayStation 1 et 2 au niveau des boutons L2 et R2.

J’ajouterai encore en vrac, pour la question du nettoyage, qu’il existe des nettoyeurs (cleaners) pour les connecteurs des consoles à cartouches. Il s’agit de cartouches vides dont les connecteurs ont été remplacés par une matière nettoyante abrasive. Malheureusement il faudrait un de ces console cleaners pour chaque console (sauf pour la cartouche Game Boy qui marche aussi sur les Game Boy Color et Advance), ce qui représente un certain budget.
Ensuite, en ce qui concerne le jaunissement du plastique de couleur claire (notamment le plastique des Game Boy grises, des NES et SNES), des tentatives de blanchissement par réaction chimique (retrobright) ont été testée par des retrogamers. Cependant, les questions d’efficacité sur le long terme et de manipulation de produits dangereux se posent.
Pour les traces de feutres (permanent markers) sur le plastique, vous pouvez tenter de repasser par dessus ce qui est écrit avec un feutre effaçable à sec (dry erase marker) et essuyer (cf. vidéo minute 4:25) ou, pourquoi pas, avec du déodorant (je n’ai jamais essayé personnellement ces deux méthodes). L’alcool (éthanol, toujours) suffit parfois selon le type de feutre qui avait été utilisé. Gommer laisse en revanche des traces. Vous avez également une chance d’enlever une trace de feutre sur une étiquette plastifiée. Dans le cas contraire, c’est peine perdue.
Pour les disques, vous avez peut-être aussi entendu parler du phénomène de disc rot (littéralement « pourriture du disque »). Par détérioration chimique, les disques deviennent illisibles. Malheureusement il n’existe pas de solution pour prévenir ce problème qui dépend surtout de la manière dont le disque a été fabriqué. Il semblerait également qu’habiter dans un lieu où l’humidité ambiante est importante, favoriserait ce phénomène.

Ce qu’il faut retenir de tout cela :

  • Le nettoyage de vos consoles, accessoires et jeux n’a pas seulement une portée esthétique. Il assurera surtout le bon fonctionnement de vos nouvelles (et anciennes) acquisitions sur le long terme.
  • Pour le nettoyage des autocollants, utilisez du scotch de masquage et ÉVITEZ ABSOLUMENT tout produit corrosif (dissolvant, essence, white spirit, etc.).
  • Pour le nettoyage des parties en plastique, de l’alcool (éthanol) à 70-99° est idéal. Si vous pouvez mouiller une pièce (comme une boîte en plastique par exemple), utilisez de l’eau et du savon pour les main.
  • Pour le nettoyage de toutes les parties qui demandent un démontage, pensez à suivre des vidéos en ligne. Selon le fabricant vous aurez besoin d’outils spéciaux (tool kit Nintendo, par exemple). Pour les connecteurs, un coup de gomme blanche donne des résultats prodigieux.
  • Pour le nettoyage des disques (CD/DVD/BD), utilisez un chiffon microfibres.
  • Enfin, il existe également des solutions pour les connecteurs de consoles (cleaners), le jaunissement du plastique, les traces de feutres. J’ai également rendu mon lecteur attentif au phénomène de disc rot, pour lequel aucune action n’est possible.

Pour approfondir le sujet :

Cleaning Your Games – Tips & Tricks for Cartridges & CD/DVD
(vidéo en anglais de la chaîne YouTube « MetalJesusRocks » )

How I Clean Retro Games | Gaming Historian
(vidéo en anglais de la chaîne YouTube « Gaming Historian » )

DISGUSTING 1988 Nintendo Super Mario Game – Restoration
(vidéo en anglais de la chaîne YouTube « The Retro Future » )

Retro Bright – déjaunir ses consoles / Super Nintendo…
(vidéo en français de la chaîne YouTube « BackintoysTV » )

How to clean retro gaming systems
(article en anglais sur popsci.com)

Worried About Disc Rot? Here’s How To Look After Your CDs
(article en anglais sur blog.discogs.com)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :